Interview de Frédéric Livyns – L’actu des auteurs 2017

 

Je suis ravie d’accueillir aujourd’hui le talentueux Frédéric Livyns dans L’actu des auteurs 2017.

Quelles seront tes publications en 2017 ?

2017 sera une année riche en publications, pour mon plus grand bonheur.

– Le 14 avril sortira « Le miroir du damné », thriller horrifique écrit en collaboration avec JB Leblanc, aux éditions Séma. La sortie officielle se fera au festival « Trolls et Légendes ».

– Le 27 mai sortira « Histoires à faire peur… mais pas trop » sous le pseudonyme de Livéric. Il s’agit d’un artbook regroupant 4 histoires écrites à la base pour démystifier les terreurs nocturnes de mes enfants. Il est donc destiné aux touts petits. Il sera illustré par Priscilla Grédé. Toujours aux éditions Séma. La sortie officielle se fera au salon « Le château sous les étoiles ».

– Le 24 septembre paraîtra « Dark gates of terror », toujours chez Séma Editions. Un artbook pour les adultes, dans l’esprit des anciens comics, regroupant  6 histoires illustrées par Christophe Huet. La sortie officielle aura lieu aux « Aventuriales de Ménétrol ».

Fin novembre paraitra « Rédemption », le troisième tome de la série jeunesse « Les Grisommes », encore chez Séma Editions.  Les illustrations intérieures seront réalisées par Philippe Lemaire. La sortie officielle se fera au salon « Mons Livres ».

Il y aura encore l’une ou l’autre parution mais, tant que le contrat n’est pas signé, je préfère garder le silence… on ne sait jamais. Lol.

 

Peux-tu nous révéler tes projets littéraires, les AT sur lesquels tu planches en ce moment… ?

 Je bosse sur plein de choses comme d’habitude, c’est plus fort que moi ! Lol. Alors en ce qui concerne les AT, j’ai fortement  diminué ma participation. J’en ferai normalement 3 ou 4 cette année mais pas plus. Les projets à 4 mains sont si chronophages que je ne peux me permettre de trop me disperser 😉

Au niveau écriture en solo, je suis actuellement occupé sur la saison 2 des « Nouvelles aventures de Carnacki » pour les éditions L’ivre-Book. Je planche également sur une nouvelle série d’aventures destinée aux plus jeunes et qui met mes propres enfants en scène. Je poursuis également l’écriture d’un roman horrifique qui promet d’être assez violent.

Au rayon finalisation de textes, je suis occupé sur « Les aventures de l’inspecteur Cox Innel », série fantastique pour enfants qui verra le jour en 2018 aux éditions Séma.

Au niveau des romans en collaboration, je poursuis l’écriture du « Nécrophone » en compagnie d’Anthelme Hauchecorne. Il y a aussi une autre collaboration qui est en cours mais j’en dirai plus lorsque nous serons sûr que nos styles arrivent à être complémentaires sur la longueur 😉

 

À quels salons littéraires prévois-tu de participer ? Est-ce que tu projettes d’organiser des séances de dédicaces dans des librairies (ou tout autre lieu culturel) ?

Je serai présent aux salons suivants : Trolls et Légendes (Belgique, avril), Créa City (Belgique, avril), Le château sous les étoiles (Belgique, mai), Les aventuriales de Ménétrol (France , septembre), Les Halliénales (France, octobre).

Peut-être en ajouterais-je l’un ou l’autre mais je dois veiller à ne pas déséquilibrer ma vie de famille. Avec des enfants en bas âge, la priorité ne se discute même pas.  😉

 

Côté littéraire, as-tu un souhait particulier ?

Les projets qui me tiennent le plus à cœur sont ceux destinés à la jeunesse car je les ai écrits avant tout pour raconter le soir à mes enfants. C’est magique de voir des étoiles illuminer leur regard. Au niveau collaboration, je suis comblé d’écrire avec 3 auteurs que j’apprécie tant humainement qu’artistiquement.

Le salon qui me tient particulièrement à cœur est « Les aventuriales de Ménétrol » car je vais enfin pouvoir rencontrer Graham Masterton, l’auteur que j’admire depuis plus de 35 ans ! C’est un moment unique pour moi. 🙂

Pour le reste, j’espère continuer à m’épanouir en racontant des histoires qui font peur. 🙂

 

Est-ce que tu as une lecture récente à nous recommander ?

J’ai découvert il y a quelques jours un auteur dont j’entends beaucoup parler sur les groupes de lectures et je t’avoue que je me suis pris une véritable claque ! Ce roman s’appelle « Ewa » et est le fruit de l’imagination de Matthieu Biasotto.

 

Sur quel(s) blog(s)/site(s)/réseaux sociaux peut-on retrouver ton actu ?

Sur mon site officiel ;

Sur ma page Facebook auteur.

 

Je te laisse la parole pour conclure cette mini interview et nous faire passer le message de ton choix.

 Mon message sera tout simple et concernera l’édition : restez vous-même sans vous prendre la tête. Si les louanges font office de véritables chants de sirène, n’oubliez jamais de garder votre propre personnalité, votre honnêteté. Et surtout, restez humble. Je déteste voir des auteurs se vanter d’être l’héritier d’untel ou untel. Laissez vos lecteurs parler car si une comparaison doit se faire, ce sont eux qui la feront.  Votre rôle est d’écrire.

 

Merci Frédéric. 🙂 

Interview de Valérie Simon – L’actu des auteurs 2017

 

Je suis ravie d’accueillir aujourd’hui la trèèèès sympathique et talentueuse Valérie Simon dans L’actu des auteurs 2017 ! 

Pourrais-tu te présenter ?

Bonjour Gaëlle. Je m’appelle Valérie SIMON et j’écris des romans remplis de fantasy ou des nouvelles très fantastiques. Je me vois plutôt casanière, je voyage pourtant facilement, par mes écrits, d’abord, dans lesquels j’aime inventer des mondes exotiques, mais aussi pour aller à la rencontre de mes lecteurs. Mes deux activités principales sont écrire et lire, mais je chouchoute aussi mon jardin secret en entretenant deux très belles terrasses que j’ai moi-même arborées en un joyeux méli-mélo de plantes rustiques et de fragiles exotiques. Mon autre dada est la pâtisserie. Je craque pour le Mont-Blanc. Le vrai, celui que je vois de ma fenêtre par temps très dégagé, mais aussi celui qui déborde de meringue, de Chantilly et de Crème de marrons ! Ah oui, dernier détail, je dessine un peu beaucoup passionnément

 

Quelles seront tes publications en 2017 ?

2017 commence fort avec deux publications. D’abord une intégrale numérique, Le Tigre de Tarcoola (Label Badass), paru le 2 mars. On y retrouve les 4 épisodes initiaux avec un bonus inédit. Je me suis beaucoup amusée à écrire cette romance historique se déroulant en Australie fin 19ème siècle, que je définirais par quatre mots : aventure, mystère, sensualité et vengeance. Bien sûr, cette histoire fait la part belle au romantisme, car elle raconte une belle histoire d’amour, mais je parle aussi des Aborigènes, du Temps du Rêves, des colons européens et de leurs mines d’opale… C’est chaud, parfois violent, plein de soleil, de poussières et … de kangourous… (bon, il y a aussi deux beaux mecs !)

Ma seconde publication, Le Loup, est une nouvelle proposée dans l’anthologie officielle du festival Les Oniriques de Meyzieu sur le thème de la Méta-Morphose (Éditions Le Peuple de Mu), sortie à l’occasion du festival le 10 mars dernier. Chaque nouvelle a été illustrée et est accompagnée d’une recette (de cuisine) proposée par l’auteur lui-même… Un concept bien sympa.

À part ça, je travaille sur la finalisation du tome 2 de la série Mysteria (Éditions de L’Archipel) et j’espère pouvoir vous le proposer pour la rentrée de septembre/octobre. C’est la suite directe de La Captive des Hommes de Bronze, dans laquelle vous retrouverez Jim parti à la recherche de sa sœur dans un univers préhistorique, où la faune et la flore sont vraiment extraordinaires. Un opus encore plus rempli de dépaysement, d’actions, de sentiments humains, et qui proposera au lecteur quelques révélations supplémentaires sur les mystérieux Hommes de Bronze et sur le Don du Menokal… J’y introduis également un nouveau personnage féminin dont la présence va grandement troubler le mercenaire Duncan Chulainn.

 

Peux-tu nous révéler tes projets littéraires pour l’année ?

Outre la finalisation du second tome de Mysteria, dont je viens de vous parler, je travaillerai également le tome 2 de ma série La Reine des Esprits (Coup d’État en est le tome 1). Les Éditions du Riez qui en assuraient la publication vont fermer mais cette série pleine de vengeance reste tout de même d’actualité car le projet du second tome a reçu une aide à la création du CNL.

Entre ces deux gros morceaux, j’intercalerai divers projets de nouvelles, en particulier pour l’anthologiste Marc Bailly qui m’a proposé un projet assez rigolo : travailler en binôme avec un autre auteur en s’appropriant un de ses textes… Le concept m’intéresse et comme j’ai la chance de travailler avec Philippe Ward, ce sera carrément top.

Après tout ça, si j’ai le temps, j’aimerais plancher sur mon second recueil de nouvelles. Je n’oublie pas non plus que j’ai aussi été sollicitée pour d’autres projets vraiment sympas, qui me sortent de ma zone de confort d’écriture par leur sujet. Il est trop tôt pour en parler mais je sens déjà que je risque de beaucoup m’éclater.

Enfin, j’ai d’ores et déjà d’autres idées, d’autres envies… en particulier une série que je souhaite fantastique, qui parlerait d’un chasseur un peu particulier.

 

À quels salons littéraires prévois-tu de participer ? Est-ce que tu projettes d’organiser des séances de dédicaces dans des librairies (ou tout autre lieu culturel) ?

Mon prochain salon sera le Forum du Livre de Saint-Louis, les 5, 6 et 7 mai. Actuellement, je freine un peu les déplacements, histoire de bien me concentrer sur mon écriture, mais j’ai d’ores et déjà plusieurs invitations pour septembre/octobre. J’assurerai bien sûr la promotion du tome 2 de Mysteria dès sa parution en partant en « tournée » dans de nombreuses librairies.

 

Côté littéraire, as-tu un souhait particulier ?

Ça foisonne plutôt pas mal dans mes pensées, j’ai donc pas mal de projets qui me tiennent à cœur, que j’espère vraiment voir aboutir… En particulier, j’ai un petit texte qui parle d’une femme battue, qui a vraiment bouleversé les rares personnes qui l’ont lu. Il faudrait que je lui trouve un éditeur… Sous la forme d’un mini livre, peut-être… à moins que je ne l’insère dans mon futur recueil. Je ne sais pas encore. Ma seule certitude, c’est que j’ai envie qu’il soit lu.

 

Est-ce que tu as une lecture récente à nous recommander ?

J’ai découvert l’année dernière Sandrine Collette, dont je trouve le style magistral. J’ai commencé avec « Il reste la poussière », un récit dur mais extraordinaire. J’ai continué avec « Six fourmis blanches », dont la construction narrative est implacable. Je suis également une inconditionnelle des romans de Jean-Christophe Grangé. En période d’écriture, j’évite de lire des titres qui sont dans le même genre littéraire que mes propres écrits. Me voilà donc abonnée par la force des choses au thriller/polar/littérature blanche pour un certain temps…

 

Sur quel(s) blog/site/réseaux sociaux peut-on retrouver ton actu ?

J’ai un site « officiel » où les lecteurs peuvent trouver toutes les informations me concernant : parutions, agenda, galeries de photo, chroniques, articles de presse, abonnement à une newsletter.

Sinon, je suis très active sur facebook, parce que je m’y amuse pas mal. J’ai un compte « privé » ou je poste un peu de tout avec humour, de la larve de coléoptère aux photos de mes réussites pâtissières, et j’ai une page auteur réservée aux infos littéraires.

On peut également me trouver sur Twitter (@VilyaSIMON), sur LinkedIn et sur Instagram (valerie_vilya_simon)

 

Je te laisse la parole pour conclure cette mini interview et nous faire passer le message de ton choix .

En fait, je te remercie pour tes nombreuses initiatives qui assurent la promotion des auteurs francophones et plus largement la promotion des littératures de l’imaginaire. Pour le reste, je n’ajouterai qu’une chose : n’oubliez pas de vivre, les p’tits loups !

 

Merci Valérie. 🙂 

 

 

Interview de Sébastien Tissandier – L’actu des auteurs 2017

 

 

Après une courte pause, les interviews d’auteurs reprennent. Sébastien Tissandier nous fait part de ses projets pour l’année dans ce nouvel article de L’actu des auteurs 2017.

Pourrais-tu te présenter ?

Je suis enseignant de Sciences de la Vie et de la Terre dans une petite ville près de Marseille et écrivain depuis quelques années. Je suis publié depuis un peu plus de 3 ans maintenant, dans 2 maisons d’édition à compte d’éditeur : L’ivre-Book et Le peuple de Mü.

 

Quelles seront tes publications en 2017 ?

2017 sera une année particulière pour moi car elle verra la ré-édition d’une saga qui aura été ma toute première publication papier, Le Rédempteur, dans une autre maison d’édition avec laquelle je travaillais à l’époque. Au départ, cette saga était prévue sous la forme de petites enquêtes, mettant en scène un prêtre exorciste atypique, dans un univers steampunk. Les deux premiers tomes étaient sortis dans mon ancienne maison d’édition avant que je ne décide de mettre un terme à notre collaboration. J’aspirais à quelque chose de plus grand pour le père Martin, de différent. J’avais besoin que mon personnage prenne en maturité et moi du recul. Voici donc maintenant un projet totalement différent de l’initial : fini les petits tomes, place à un bon gros pavé regroupant ce qui étaient autrefois les petits tomes. Tout a été réécrit, repensé, amélioré pour donner plus de dimension à ce roman. C’est également un roman illustré par la talentueuse Vael Cat, une amie chère et une graphiste exceptionnelle qui a bien voulu se lancer dans ce projet à mes côtés. Ainsi, tous les lieux traversés par le père martin sont illustrés dans ce roman qui devrait faire plus de 400 pages ! On est bien loin de la petite centaine des tomes originels (rires) !

En voici le résumé :

Il est damné et rejeté par tous… pourtant le Très-Haut l’a choisi pour accomplir Sa volonté…

Le père Martin est un exorciste atypique : muni de ses deux impressionnants révolvers et de son étrange chapelet lumineux, il purifie les possédés.

Mais lorsque le Siège, la congrégation agissant dans l’ombre afin de conjurer les forces du Très-Bas, lui ordonne d’élucider le mystère de la bête d’Angles, Martin est loin de se douter que cette enquête va le précipiter dans les noirceurs de son passé… ainsi que dans celles de sa congrégation, mettant à l’épreuve sa foi.

Un sombre complot visant à renverser le Siège se dessine et Martin semble en être l’élément central. Parviendra-t-il à contrecarrer les plans diaboliques mis à jour ? Martin et sa foi en sortiront-ils indemnes ?

Sortie numérique le 1er avril 2017 (non, non, ce n’est pas une blague !), sortie papier pour début juin.

2017 verra aussi la sortie du second tome des aventures de Chupacabra, notre petit vampire allergique au sang humain (ce qui n’est pas pratique quand on est un vampire, n’est-ce pas ?). Ce roman illustré jeunesse, dont le premier tome, Chupacabra à l’école des vampires, est sorti en septembre 2016 a été un véritable succès auprès des 8/12 ans ! Illustré également par Vael Cat, nous avons décidé de faire une petite saga avec un tome par an, en septembre, pour les Aventuriales de Ménétrol, ce salon de tous les imaginaires en Auvergne ! Le second tome, intitulé Chupacabra et la quenotte cassée, sera dans la lignée du premier : bourré d’humour, de rebondissements, avec ses personnages attachants comme la chèvre Rustine qui sauve la vie de Chupacabra lorsqu’il cède à la tentation malgré son allergie, Grummel, le petit vampire qui espère apprendre un jour à voler et qui se jette dans le vide à la moindre occasion… Il y aura aussi des nouveautés, mais ça, je n’en parlerai pas pour l’instant !

 

Peux-tu nous révéler tes projets littéraires pour l’année ?

Des projets, j’en ai plusieurs. Ils se disputent d’ailleurs la priorité dans ma tête (rires) ! Je vais tout de même en révéler:

  • Je travaille depuis plus d’un an sur un roman de SF destiné à une très grande maison d’édition dont je tairais pour l’instant le nom. Je prends le temps de le peaufiner, de l’écrire. Le cadre ? Un Paris dévasté par une guerre entre 2 espèces technologiquement supérieures à la nôtre : la Terre est devenue leur terrain de jeu et les Humains tentent de survivre au milieu de cet affrontement. Mais les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être…
  • J’ai un autre roman de SF pour les éditions du Peuple de Mü, en cours depuis l’année dernière également. Son titre ? Allez, je suis gentil : La muraille du silence ! Un genre totalement différent du projet précédent, avec pour cadre un Tokyo futuriste et une menace qui pourrait bien signifier l’extermination de l’humanité telle que nous la connaissons…
  • Je travaille également sur la ré-édition de mon tout premier roman, Le testament de Galilée. Cette trilogie va subir un coup de jeune, après une pause de presque 3 ans ! De plus, il est temps que mon personnage fétiche, Jules, reprenne du service dans la suite de cette trilogie : Les héritiers de Galilée.

 

À quels salons littéraires prévois-tu de participer ? Est-ce que tu projettes d’organiser des séances de dédicaces dans des librairies (ou tout autre lieu culturel) ?

Niveau salon, je ne vais pas procéder comme l’an passé où j’ai démultiplié les festivals, car certains d’entre eux m’ont déçu. Cette année, j’ai décidé de me consacrer aux Aventuriales de Ménétrol en septembre, au salon de Crêches s/Saône en novembre. Mais avant cela, il y aura un petit passage par le salon fantastique de Paris en mai si tout va bien, plus quelques salons secondaires.

Niveau dédicaces, je continue de sillonner les Cultura du sud-est. D’ailleurs, je serai à celui d’Aubagne le 1er avril.

 

Côté littéraire, as-tu un souhait particulier ?

Le succès ? (rires). Blagues à part, je souhaite simplement pouvoir continuer à me régaler de ma passion les we et lors des salons, avec mes deux maisons d’édition. Je n’en demande pas plus. Les rencontres avec les lecteurs sont tellement enrichissantes ! J’adore ça !

 

Est-ce que tu as une lecture récente à nous recommander ?

En ce moment, je lis un pavé d’Alistair Reynolds : Janus. Je suis totalement addict ! De la SF pure par un maître du genre.

 

Sur quel(s) blog/site/réseaux sociaux peut-on retrouver ton actu ?

Mon site ;

Mon facebook ;

Mon twitter.

 

Je te laisse la parole pour conclure cette mini interview et nous faire passer le message de ton choix.

Tout d’abord je voudrais te remercier pour ton intérêt et ton implication. Si je devais faire passer un message ce serait celui-ci : qu’importe le livre que vous lisez, faites-le, car dans ce monde il reste notre seul moyen d’évasion loin d’un quotidien parfois pesant.

 

Merci Sébastien. 🙂 

Interview de Laurent Pendarias – L’actu des auteurs 2017

Laurent Pendarias est aujourd’hui en vedette dans L’actu des auteurs 2017.

Merci Gaëlle pour cette interview 🙂

D’abord un petit mot pour dire que je travaille beaucoup sur le format collectif. J’ai des œuvres personnelles mais je m’implique dans de nombreux projets collaboratifs et si certains de nos univers vous intéressent vous êtes les bienvenus.

 

Quelles seront tes publications en 2017 ?

L’épisode 2 de Guislain 

Artwork d’Aurélie Chavanne

Et… surprises !!!

 

Peux-tu nous révéler tes projets littéraires ?

Pas du tout : je suis tenu par accord de confidentialité. Je peux seulement dire qu’il s’agit d’un projet interactif érotique interdit aux mineurs avec des poulpes.

À quels salons littéraires prévois-tu de participer ? Est-ce que tu projettes d’organiser des séances de dédicaces dans des librairies (ou tout autre lieu culturel) ?

Je serai à la Geek Touch avec l’équipe de Via Fabula, aux Intergalactiques, aux BG Geek Day en septembre et à Ménétrol avec notre dream team. 🙂

 

Côté littéraire, as-tu un souhait particulier?

Oui complètement. Notre équipe mène depuis un moment un énorme projet transmédia avec des romans, des nouvelles, des jeux, des fictions interactives, des cosplays et des histoires adaptatives.

 

 

 

pic 3     

Graphismes de Valériane Duvivier, Lucile Dumont, Gulacandy et Yué

Je précise qu’il s’agit d’un univers « ouvert ». Si vous souhaitez apporter votre contribution notre équipe est open.

 

Est-ce que tu as une lecture récente à nous recommander ?

Imagica de Via Fabula. C’est une histoire adaptative pour les enfants.

 

Sur quel(s) blog(s)/site(s)/réseaux sociaux peut-on retrouver ton actu ?

Sur ma page facebook « Laurent Pendarias Auteur ».

 

Je te laisse la parole pour conclure cette mini interview et nous faire passer le message de ton choix.

Dites non à la drogue !

   

Graphismes de Yué, Loïc Canavaggia et Gulacandy

A part ça, je rappelle que nous avions lancé un projet fin 2014 : j’avais invité plusieurs écrivains (Anthony Boulanger, Jean-Marc Renaudie, Sophie Dabat et Marie Caillet) à scénariser de courts jeux vidéo. Ce projet ne nous a pas rapporté d’argent : il s’agissait d’une expérimentation mais cela a permis de créer une première fois. Nous savons que les écrivains français peuvent travailler ensemble et que l’interaction littérature-technologie est possible. Nous espérons voir de nombreux projets naître dans les années à venir.

PS : Je plaisantais pour la question 2.

Remerciements à : Anthony Boulanger, Jean-Marc Renaudie, Sophie Dabat, Marie Caillet, Yann Quero, Luce Basseterre, Lucile Dumont, Lilie Bagage, Jean Vigne, Eva Simonin, Clémence Godefroy, Hugo Labrande.

 

Merci Laurent. 🙂 

Interview de Sylvain Lamur – L’actu des auteurs 2017

 

Sylvain Lamur est aujourd’hui à la une de L’actu des auteurs 2017. Le moins que l’on puisse dire est que son année littéraire va être bien remplie. Voyez plutôt….

Pourrais-tu te présenter ?

Sylvain Lamur, auteur toulousain de SFFF. 37 ans, toutes mes dents, sauf une, au fond à gauche. Cela fait deux semaines que je suis sur la question de me laisser pousser la barbe, et je n’ai pas encore tout-à-fait tranché. Ni rasé. J’ai un poil dru mais épar, qui laisse un effet négligé, et j’avoue que ça m’embête pas mal… mais je commence à en avoir vraiment assez de me raser. Sinon, je suis né un 3 septembre, comme Jean Jaurès, Charlie Sheen, Jean-Pierre Jeunet et Maurice Papon. J’ai une lacune récurrente en sommeil, que je m’efforce de combler de mon mieux, et je suis un gros, gros amateur de musique – j’en joue, et j’écoute un tas de choses, depuis le rock’n roll jusqu’à la musique cajun en passant par le blues, le forro, la New Wave, le rap… et tout ce qui me reste à découvrir. En ce qui concerne les écrits, j’ai à mon actif quelque chose entre vingt et trente nouvelles, publiées dans des revues ou des anthologies depuis 2012, année où, allez savoir pourquoi, j’ai commencé à soumettre des textes sérieusement après avoir écrit plus ou moins tout seul dans mon coin pendant des années. Il y a aussi un recueil de nouvelles, les Contes de l’homme-cauchemar, chez Otherlands, que les rares personnes l’ayant lu ont toutes trouvé excellent…

 

Quelles seront tes publications en 2017 ?

En premier lieu, il y a un roman, chez Rivière Blanche : Quaillou – qui doit être suivi, en théorie, d’un second, lequel sera une suite indépendante, en fin d’année ou l’année prochaine. Voire d’un troisième, mais on verra plus tard. C’est un Space Opera ; pas évident d’apporter sa touche personnelle en la matière, mais j’ai fait de mon mieux, vraiment. Je propose aux lecteurs de m’écrire pour me dire si j’y suis arrivé ou non. Enfin, surtout si c’est pour me dire si c’est oui, en fait. Sinon, il y a pas mal d’autres choses de prévues, des sorties dans des anthologies, chez Rivière Blanche à nouveau (Les Machines se révoltent, Dimension New York III, en plus des Cités Italiennes, d’Avenirs Radieux et de Dimension Merveilleux Scientifique 3 qui sont déjà sortis), une nouvelle en longeant le canal du Midi en compagnie d’une créature glaciale et délicieuse, la Dame du Drac, chez Rroyzz ; une autre, qui reprend un de mes personnages préférés de toute l’histoire de la littérature, rien que ça : Béhémoth, le chat qui mange des huîtres à la moutarde dans Le Maître et Marguerite, de Boulgakov (que si vous l’avez pas lu, faites-le au plus vite !). La Terreur du village (puisque c’est le titre…) paraîtra donc chez Ténèbres. Première publication chez eux après, je crois une bonne dizaine d’infructueuses soumissions… Je crois que je suis pas assez sombre pour eux, mais je suis en tout cas ravi de faire partie de l’aventure ce coup-ci. Il y a aussi, et c’est pas rien, les Gentlemen Mécaniques, pour les éditions de l’Instant, où figurera Ngurumpii, l’histoire d’un petit aborigène d’Australie, en compagnie d’une jolie équipe d’auteurs venus du monde entier, États-Unis, Espagne, Inde… et une autre nouvelle dans une revue, Etherval. Enfin, pour terminer, un deuxième gros projet : une anthologie que j’ai l’honneur de diriger moi-même, sur les Tisseurs de mondes, pour les éditions Arkuiris. Le thème peut sembler assez obscur, parce qu’il est aussi vaste que précis, et je crains qu’il n’impressionne un peu, mais je tiens à signaler que j’ai reçu une soumission de Stephen King et une autre d’Alexandre Dumas Jr Jr Jr Jr… ça devrait donc plutôt bien se vendre, si je les retiens. Pour préciser, l’idée, même si elle a été transposée sur une formulation poétique, est de montrer les mécanismes obscurs, lents et complexes de la construction et de la coopération, là où, en ce moment, le monde semble vouloir s’obstiner à mettre en lumière la destruction et les conflits…

 

Peux-tu nous révéler tes projets littéraires ?

J’ai beaucoup ralenti, par rapport à ces deux ou trois dernières années, et me contente d’une nouvelle par mois, au grand maximum, là où je pouvais essayer d’en faire (avec plus ou moins de réussite quant au résultat final…) jusqu’à quatre. Ce mois-ci, je tente une histoire catastrophe, pour les éditions Réalities.inc, qui ont publié la Septième idole en début d’année dans leur anthologie Réalités. J’ai une idée que je trouve, humblement, assez bonne, mais je suis assez mécontent de ce que j’ai fait jusque là… très souvent, la vie quotidienne vient parasiter l’écriture, quand elle ne t’empêche pas carrément de t’y mettre. Il faut se rappeler à chaque fois de faire le chemin contraire pour arriver à dépasser ça. Ensuite, en avril, je vais m’attaquer à l’appel à textes sur la Justice, pour Arkuiris encore ; et en mai, je ferai ce qu’il me plaît.

 

À quels salons littéraires prévois-tu de participer ? Est-ce que tu projettes d’organiser des séances de dédicaces dans des librairies (ou tout autre lieu culturel) ?

Je ne sais pas encore… il y a la convention nationale de SF, à Grenoble, où j’avais prévu d’aller… mais un imprévu m’en empêche finalement, ce qui m’embête beaucoup : j’ai été aux deux dernières, et ça a été à chaque fois un très bon moment. Sinon, je suis assez novice en ce qui concerne les salons ; pour commencer, je vais en faire un ou deux, déjà, ce sera pas mal. Je crois que Rivière Blanche a prévu d’être à Sèvres à l’automne, je vais essayer de me mettre dans leurs bagages. Si le public me plébiscite, peut-être que j’en ferai davantage. Pour ce qui est des dédicaces, je suis pas certain d’avoir encore la notoriété suffisante pour le faire, à part à Toulouse, peut-être, mais à ce compte, autant que j’organise des apéros avec les copains et les copines. D’une façon générale, je suis un très mauvais vendeur, et je n’arrive pas à me prendre au sérieux en tant « qu’auteur »… J’ai donc beaucoup de réserves et d’appréhensions concernant ces situations, même si, évidemment, j’ai envie de plonger dans le bain…

 

Côté littéraire, as-tu un souhait particulier ?

Eh bien…  J’écris beaucoup, et soumets assez peu, en comparaison… Je trouve que la partie la plus difficile est la recherche d’éditeurs, et j’aurais déjà pas mal à faire de ce côté-là. C’est vraiment compliqué de trouver des gens ou des structures qui, potentiellement, pourront être intéressés par ce que vous faites, le style, l’univers, le format… sans faire de généralités, parce qu’il m’arrive aussi de faire dans l’obscur, j’écris généralement dans des univers plutôt foutraques et joviaux ; or, le fantastique a une fascination pour l’obscur et le mystérieux, du coup, ça ne passe pas toujours. Mais bon, c’est comme ça. Il y a un roman qui est tout prêt, ou presque, et qui reprend deux novellas qui ont un temps été disponibles chez un super éditeur numérique, House Made of Dawn (lequel a, hélas, mis la clef sous la porte). Ma prochaine priorité est de lui trouver un éditeur, donc. Sinon, j’ai aussi un roman déguisé en recueil de nouvelles, ou le contraire, tout chaud au fond du tiroir. Et il y a cette affaire d’anthologies… je suis en cours de direction de la première, mais j’ai déjà d’autres idées qui pointent le bout de leur nez. Je suis un fada des trucs collectifs, sports, groupes… Je trouve qu’il y a une beauté incroyable qui peut se dégager des choses quand plusieurs personnes se rassemblent autour d’un projet, et l’anthologie, en littérature, me semble être le format qui rend le mieux cette idée.

 

Est-ce que tu as une lecture récente à nous recommander ?

Il y en aurait une bonne dizaine ! Je suis toujours à l’affût de trucs à lire, histoire de m’inspirer et de pas faire des redites… j’ai lu dernièrement un polar de Fredric Brown, La Nuit du Jabberwock. Il est très bon. Je suis en ce moment sur Les Fontaines du paradis, d’Arthur C. Clarke. Comme dans Rendez-vous avec Rama, je suis bluffé par l’esthétique qui s’en dégage ; mais déçu, en revanche, de ce que le côté technique y prend cette fois largement le pas. Il y a quelques semaines, j’ai adoré le Livre d’Or consacré à Robert Sheckley : je trouvais le romancier très moyen, mais en revanche, quel nouvelliste !!! Il y a aussi Frankenstein, qui est absolument fabuleux et que je ne regrette pas d’avoir finalement lu l’été dernier, après avoir hésité des années : on se dit qu’on connaît l’histoire, etc, etc… mais il y a finalement un paquet de choses entre les lignes.

 

Sur quel(s) blog(s)/site(s)/réseaux sociaux peut-on retrouver ton actu ?

Euh… aucun. Les divers éditeurs et revues qui me publient font aimablement suivre mon actualité, et je me suis promis de faire une page auteur, voire un site à moi tout seul, mais j’en trouve pas encore l’énergie. Il faut se sentir une vraie légitimité pour écrire un blog… et même si j’aurais sans doute un tas de choses à dire, j’ose pas le faire. Mais ça viendra.

 

Je te laisse la parole pour conclure cette mini interview et nous faire passer le message de ton choix.

Rien de très intéressant à dire, en ce qui me concerne, là dans l’immédiat, mais comme il y a un tas de paroles qui me semblent bonnes à faire suivre, je vais saisir l’occasion en citant une chanson d’un célèbre groupe toulousain, les Fabulos Trobadors, dont je trouve que l’on ferait bien de s’inspirer en ce moment : « Je ne brandis aucun drapeau, je ne veux suivre aucun troupeau... » Cela peut paraître surprenant pour quelqu’un qui se définit comme un fada du collectif, mais en ces temps de communautarisme exacerbé, il est bon de se rappeler parfois la valeur inaltérable de l’individu… ce qui me donne, tiens, une vraie conclusion avec une pensée pour le sieur Ayerdhal, qui a passé l’arme à gauche il y a quelques années.

 

Merci Sylvain. 🙂 

Interview de Pierre Benazech – L’actu des auteurs 2017

 

Les interviews de L’actu des auteurs 2017 se poursuivent. Aujourd’hui, c’est au tour de Pierre Benazech de nous révéler ses projets.

Pourrais-tu te présenter ?

Je suis un jeune auteur passionné par les littératures de l’imaginaire. J’ai auto-publié mes premières histoires peu après l’obtention de mon baccalauréat. Encouragé par les retours positifs des lecteurs et des libraires, j’ai tenté ma chance en envoyant des tapuscrits à des éditeurs. Et cela a marché !

Parmi mes publications, on compte : un roman onirique (Le Piano Aphone édité chez Lune Écarlate), plusieurs nouvelles, un livre illustré (Amarante édité chez Les Chiroptères éditions) et de nombreux poèmes.

En parallèle à l’écriture, je suis avocat. Depuis la rentrée 2016, je dispense également des cours de droit en école supérieure.

 

Quelles seront tes publications en 2017 ?

Tout d’abord, je signe le texte et le scénario d’Amarante, un ouvrage à mi-chemin entre le conte steampunk et le roman graphique qui vient de sortir chez Les Chiroptères Éditions. Le livre comporte 60 pages dont 13 sublimes illustrations réalisées par l’artiste Senyphine.

Ensuite, une de mes nouvelles, Calliope 612, a été retenue pour l’anthologie de science-fiction Perspectives Futuristes, à paraître prochainement chez l’Ivre book.

Enfin, s’agissant de la poésie, de nombreuses publications sont à venir. Dernièrement, j’ai remporté un prix de poésie organisé par L’Arche. On peut entendre mon poème, L’oiseau, déclamé par Aurélien Clause sur LA chaîne Youtube consacrée à la poésie (https://www.youtube.com/channel/UC-XaweTnPBhPM-2hbE6xCJQ)

 

Peux-tu nous révéler tes projets littéraires pour l’année ?

Je travaille sur plusieurs projets dans des genres très différents : nouvelle, bande dessinée, poésie, mais aussi – et c’est une première – théâtre !

 

À quels salons littéraires prévois-tu de participer ? Est-ce que tu projettes d’organiser des séances de dédicaces dans des librairies (ou tout autre lieu culturel) ?

Je dédicacerai mes ouvrages au Salon du livre de l’Université Toulouse II Jean Jaurès les 17 et 18 mars. Je participerai à d’autres salons si mon emploi du temps me le permet. C’est toujours un plaisir de discuter avec les lecteurs.

 

 Est-ce que tu as une lecture récente à nous recommander ?

 Récemment, j’ai terminé L’instinct du troll de Jean-Claude Dunyach. Un concentré d’aventure et d’humour porté par une écriture fluide et percutante ! Je ne peux que le conseiller aux amateurs de fantasy.

En roman graphique, j’ai tourné la dernière page de l’intégrale de Maus d’Art Spiegelman, il y a quelques jours à peine. Les mots me manquent pour qualifier ce chef d’œuvre. Je pense sincèrement qu’on parlera encore de ce monument de la littérature (prix Pulitzer en 1992) dans cent ans.

Dans un tout autre genre, je lis en ce moment le court roman de Clémentine Beauvais, Songe à la douceur. J’aime beaucoup son style poétique.

Et j’attends avec impatience la sortie du roman de Pascaline Nolot, Les Larmes de l’Araignée.

 

Sur quel(s) blog(s)/site(s)/réseaux sociaux peut-on retrouver ton actu ?

L’essentiel se trouve ici : https://www.pierrebenazech.fr/

 

Je te laisse la parole pour conclure cette mini interview et nous faire passer le message de ton choix.

« De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! » (Charles Baudelaire)

 

Merci Pierre. 🙂 

Interview de Luce Basseterre – L’actu des auteurs 2017

 

J’ai le plaisir d’accueillir aujourd’hui Luce Basseterre dans cette nouvelle interview de L’actu des auteurs 2017.

Pourrais-tu te présenter ?

Luce Basseterre, nom de plume imaginé pour rendre hommage à mon grand-père. J’ai attendu d’avoir élevé seule mes deux enfants pour me lancer dans l’écriture, mais pas pour rêver ou imaginer des histoires rocambolesques. J’en ai donc un fond quasi inépuisable qui n’attend plus que d’être couché sur le papier

 

Quelles seront tes publications en 2017 ?

La Débusqueuse de Mondes, un roman de space op complètement barré et engagé, il sort début avril au Peuple de Mu, une petite maison d’édition ultra dynamique

 

 

Peux-tu nous révéler tes projets littéraires pour l’année ?

Après deux space op, j’avais besoin de changer de décors. Donc, là je bosse sur roman gothique dont l’action se déroule à Londres dans un XIXe où les surnaturels existent. Un de mes personnages principaux n’est autre qu’Ada Lovelace, j’adore et je m’amuse beaucoup.

Lorsque j’en aurai terminé avec celui-ci, je pense exhumer un projet qui dort dans la mémoire de mon ordinateur et le retravailler dans le but de l’autoéditer ou pas selon le résultat

J’ai aussi un projet de recueil de nouvelles sur le feu…

 

À quels salons littéraires prévois-tu de participer ? Est-ce que tu projettes d’organiser des séances de dédicaces dans des librairies (ou tout autre lieu culturel) ?

Concernant les librairies, c’est prévu, mais j’ai aucune date pour l’instant, quant aux salons ils sont incontournables, je serai donc au moins à :

  • Angers, pour ImaJn’ère
  • Mons, pour Trolls & Légendes
  • Cusset, pour Génération Star Wars et SF
  • Paris, pour le Salon Fantastique
  • Épinal, pour les Imaginales
  • Ménétrol pour les Aventuriales

 

Côté littéraire, as-tu un souhait particulier ?

Entre l’organisation des Aventuriales, l’écriture et mes publications, il m’est difficile de me projeter dans d’autres aventures. J’ai même dû restreindre mon implication au sein de Cocyclics

 

 

Est-ce que tu as une lecture récente à nous recommander ?

Des dizaines, mais c’est vraiment compliqué de recommander une lecture. Fort heureusement, il n’existe pas de lecteur universel ou type. Et encore moins de bonnes ou de mauvaises lectures. Il en faut pour tous les goûts, pour répondre aux attentes de chacun. Que ce soit pour se divertir, s’instruire, développer une réflexion, ou juste se changer les idées. Au cours d’une discussion ou lorsque je connais bien la personne et ses goûts, oui je vais recommander un livre, je le fais aussi parfois sur FB. C’est instinctif de vouloir partager un coup de cœur. Mais en réalité,  les miens ne sont pas forcément sans défaut, ils décevront peut-être mes amis, mais ce sont des romans qui ont souvent touché quelque chose de très personnel.

 

Sur quel(s) blog/site/réseaux sociaux peut-on retrouver ton actu ?

Sur mon site. Va d’ailleurs falloir que je me décide à le mettre à jour.

J’ai aussi une page auteure sur FB,

et depuis peu, je suis sur twitter.

 

Je te laisse la parole pour conclure cette mini interview et nous faire passer le message de ton choix.

Ecrire, c’est vraiment chouette, être publié et lu aussi, mais ce qui est véritablement génial dans cette nouvelle vie, ce sont les rencontres qu’elle permet, les lecteurs, les auteurs et autres passionnés que l’on est amené à croiser sur les salons, en convention… et parfois juste sur les réseaux sociaux, alors à très bientôt !

 

Merci Luce. 🙂