Extrait #2 du roman « Les traducteurs de rêves »

18197717_753878954775801_1748400092_n

« […] — Ton pouvoir, il marche vraiment à chaque fois ? lança Lewis en allumant une deuxième cigarette.
— Mon pouvoir ?
— Oui, savoir si un manuscrit va marcher ou non. C’est un pouvoir.
— J’appelle plutôt cela une faculté particulière. Oui, mes prémonitions se vérifient à chaque fois.
Lewis fixa George Chronos. Le vieil homme l’invita alors à lui demander les détails qu’il semblait brûler d’envie de connaître. Sa mystérieuse aptitude fascinait Lewis. Il ne pouvait s’expliquer pourquoi, mais elle lui faisait considérer le vieil horloger avec un mélange de respect et de crainte et il s’en voulait de le traiter avec si peu d’égards. Mais maintenant, le mal était fait, il ne pouvait plus revenir en arrière.
— Comment tu « sais » ? Comment ça se passe ?
— Moi-même, monsieur Rabbit, j’ai du mal à l’expliquer. Je touche le manuscrit et sans rien faire de particulier, je vois apparaître devant mes yeux des mots, des scènes, des chiffres colorés. Parfois, j’entends des voix, des sons qui me donnent la réponse que recherche l’auteur venu me consulter. Je ne contrôle pas ce processus. Les informations viennent à moi, puis disparaissent. Cette faculté ne se limite pas qu’aux manuscrits, elle est bien plus complexe.
— Vraiment ? Et tu es capable de le faire depuis toujours ? demanda Lewis, captivé.
Cette question fut l’occasion pour George Chronos de se remémorer son enfance et sa première expérience de « devin ». Il repensa à ce soir de réveillon de Noël, le premier passé à Édimbourg, en Écosse, alors que toute sa famille et lui venaient de quitter Athènes quelques mois auparavant, à la recherche d’une vie meilleure. En compagnie de ses deux frères aînés et de sa jeune sœur, il s’était précipité au pied du sapin où étaient rassemblés de nombreux cadeaux enveloppés dans des emballages brillants multicolores. La maison embaumait le parfum des biscuits à la cannelle, tout juste sortis du four par sa mère, mêlé à l’odeur fraîche du sapin et à celle du bois crépitant dans la cheminée. Alors qu’il racontait ce souvenir à Lewis, un étrange phénomène se produisit. Le jeune auteur parvint à sentir les odeurs décrites par le vieil homme, à entendre les cris de joie du petit George, de ses deux frères et de sa sœur. Plus incroyable encore, il eut l’impression d’assister à la scène comme s’il y était, comme si le sous-sol du Maître du Temps s’était transformé soudain en la maison écossaise où vivait Chronos en 1951. À cet instant, la voix de l’horloger s’éloigna progressivement. Lewis vit alors de ses propres yeux le petit George aller de cadeau en cadeau, posant simplement la main sur chaque boîte avant d’en annoncer le contenu, sous les yeux médusés des membres de sa famille. Il n’avait commis aucune erreur. Lors de l’ouverture des paquets, chacun y avait trouvé ce que le garçonnet avait annoncé. Pourtant, ses parents avaient acheté tous ces cadeaux alors qu’il était à l’école. Les emballages étaient solidement fermés, il ne pouvait donc avoir vu ce qu’ils contenaient. Ils s’amusèrent alors à faire passer une sorte de test à leur fils. Chaque membre de la famille fut chargé d’écrire quelques phrases au hasard sur un morceau de papier et de le glisser dans une enveloppe neutre cachetée. Devant leurs yeux ébahis, George parvint à retrouver l’auteur de chaque petit mot et à en narrer le contenu avec précision, simplement en tenant les enveloppes entre ses mains. Les Chronos furent alors dans l’obligation d’admettre que, du haut de ses 7 ans, George avait reçu un incroyable don. Son père, un homme sage, comprit que cette faculté si rare et précieuse attiserait sans doute les convoitises. […] »

Roman court format ebook, disponible sur de nombreuses plateformes (Amazon, Nolim Store, Decitre, Librairie Dialogues...etc…  et prochainement sur le site des éditions L’ivre-Book).

Résumé : « Lewis Rabbit rêve de devenir un auteur connu et respecté de ses pairs afin d’en finir avec la série d’échecs qui ont émaillé sa vie. Mais le jeune homme au tempérament violent et tourmenté ne possède aucune des qualités pour y parvenir. Après avoir appris que George Chronos, un horloger d’Édimbourg, aurait le pouvoir de prédire le succès ou l’échec d’un roman rien qu’en le touchant, il décide de se rendre dans sa boutique. Il en est persuadé, le vieil homme l’aidera à écrire le best-seller qui le rendra riche et célèbre, même s’il doit employer la force pour l’y contraindre. Les pouvoirs de Chronos vont dépasser ses espérances et l’entraîner malgré lui dans un univers étrange où se mêleront ses hallucinations et de douloureux souvenirs d’enfance. »

2,99 €, sans DRM.

Publié aux Editions L’ivre-Book.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s