Les Aventuriales de Ménétrol 2016 – Interview de Luce Basseterre

Les interviews visant à présenter les futurs participants aux Aventuriales de Ménétrol  2016 (auteurs et illustrateurs) continuent.

Cette septième interview est l’occasion de faire un focus sur l’auteure Luce Basseterre.

14159223_1171584942904800_83179192_n

Qui es-tu ?

Mère, grand-mère, auteure, organisatrice de salon et jardinière, je cumule les casquettes. Depuis plusieurs années, je cherche à mettre la main sur un retourneur de temps et commence à désespérer. Pourtant vu mon planning quotidien, ce ne serait pas du luxe.

 

Dans quels genres écris-tu ?

Comme, je déteste les petites cases et les étiquettes, mes histoires s’amusent à transgresser les genres, les mixer, les revisiter. Si mes nouvelles sont l’occasion d’expériences parfois jubilatoires, mes romans n’échappent pas à ce syndrome. Pour l’instant, un seul est disponible, mais le suivant devrait sortir au printemps prochain.

 

Qu’est-ce qui t’a décidée à devenir auteure ? Y a-t-il eu un « facteur déclenchant » ?

Deux, en fait, mon capitaine. Le premier, un traumatisme, m’a amenée à écrire. Déjà toute petite, je n’arrivais pas à me satisfaire des histoires qui m’étaient contées et quelle que soit leur forme (télé, cinéma, bouquin…) alors, je les prolongeais, les réinventais. Parfois encore et encore, jusqu’à épuisement des idées, mais toujours dans ma tête, jamais par écrit.

Alors pourquoi avoir changé de modus operandi ? À cause d’un coup de cœur, d’une rencontre avec un personnage bien particulier qui, pour des raisons très personnelles, m’a touché. Or un jour, son créateur n’a rien trouvé de mieux que de le démolir, j’en suis restée traumatisée. Je ne pensais pas possible d’éprouver les fameuses étapes du deuil pour une fiction, pourtant c’est ce qui m’est arrivé. La première version des « Enfants du Passé » est née de cette singulière tragédie.

Beaucoup d’autres textes ont suivi sans que l’idée d’être ou de devenir auteure ne m’effleure, jusqu’au jour où j’ai quitté mon job. Depuis j’ai écrit pas mal de nouvelles et plusieurs romans, dont certains ne sortiront jamais de ma Dropbox. La version des « Enfants du Passé » éditée par Voy’el a été non seulement réécrite, mais aussi complètement repensée.

 

Quel proverbe ou citation résume bien ta personnalité ?

« S’empresser de rire de tout avant que d’en pleurer. » librement adapté du sieur de Beaumarchais.

 

Quels seront tes romans/recueils disponibles pendant les Aventuriales ?

Quelques recueils, anthologies et fanzines dans lesquels j’ai sévi seront disponibles sur les stands de : Rivière Blanche, Transition, Etherval, Présence d’Esprit, Galaxie et bien sûr Gandahar, avec le spécial Aventuriales.

Côté roman : « Les Enfants du Passé » chez Voy’el.

 

004039363

 

Peux-tu nous en dire plus sur ce roman ?

Comme : « Depuis sa sortie, ce roman cumule les retours élogieux ? » Non ? Dommage parce que c’est la vérité vraie. Trêve de plaisanterie, voici un résumé inspiré du quatrième de couverture : « Qui est donc cet adolescent allongé sur la table d’un légiste de Nouvelle-France ? Son ADN le désigne comme étant Djaël Scott Aldrin, un pilote d’arche d’exode, né sur Terre, vingt-deux siècles plus tôt, ce qui est bien sûr impossible. Sur fond de space opera, aventures et quête plus intimiste se mêlent pour mieux résoudre ce mystère. »

Une page est consacrée aux « Enfants du Passé » sur mon site .

 

Comment t’est venue l’idée de l’écrire ?

Voir plus haut ! En fait, une de mes fans de la première heure m’a littéralement harcelée pour que je réécrive cette histoire de manière à ce qu’elle soit publiable. Je l’en remercie.

 

Tu étais bien entendu présente à l’édition 2015 des Aventuriales de Ménétrol… Qu’en as-tu pensé ?

C’est à moi qu’on demande ça ? En tant qu’organisatrice, ce fut d’abord un très grand soulagement, le public est venu ! Ça parait évident, mais tous ceux qui ont affronté des salons où les exposants désespèrent de voir entrer un lecteur comprendront mon angoisse. Ensuite, une grande fierté : on l’a fait, on a réussi ! Et dans la foulée, on a rempilé pour une seconde édition, avec encore plus d’exposants, plus d’auteurs, plus de tables rondes, des courts métrages et bien sûr, des animations et des expositions.

 

Merci Luce.

Retrouvez toute l’actualité littéraire de Luce Basseterre sur son site Internet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s