Le 1er septembre, jour des littératures de l’imaginaire francophones

sfffh 3-

(Illustration par Laurent Emonet)

« Le 1er septembre, j’achète un livre/ebook de SFFFH francophone » arrive à grands pas. C’est l’occasion pour moi de rappeler la genèse et le but de cette opération littéraire.

Il y a 3 ans, les auteurs québécois Patrice Cazeault et Amélie Dubé ont eu l’idée brillante de déclarer le 12 août « Journée du livre québécois », incitant les lecteurs de la Belle Province à acheter des ouvrages rédigés par des écrivains « de chez eux ». Inspirée par ce trait de génie, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant d’organiser un événement un peu similaire, mais cette fois destiné à mettre en avant les littératures de l’imaginaire francophones (ou SFFFH) et leurs auteurs (Français, Québécois, Belges, Suisses, ou étrangers et ayant le mérite de maîtriser assez notre langue pour s’y exprimer brillamment par écrit).

Pour quelle raison ? Tout d’abord parce qu’en France, ces genres sont encore injustement mal aimés et sous-estimés. On les considère encore et à tort comme de la littérature « de seconde zone », de qualité moyenne. Cela est bien entendu une erreur magistrale ! Ensuite, parce qu’il est lassant, voire, exaspérant, de lire que les auteurs francophones ne sont pas bons dans ces genres. Non, les anglophones ne sont pas les seuls à savoir nous faire rêver, voyager ou frissonner avec leurs romans/recueils de SF, fantastique ou horreur ! On reproche aux francophones, et plus particulièrement aux Français (notamment dans leurs œuvres cinématographiques) d’être trop axés sur le réel ou le quotidien, des aspects qui peuvent sembler soporifiques et ne pas vraiment faire rêver. Si cela est parfois vrai (mais pas toujours), les choses sont bien différentes en matière de littérature. Là, les thèmes abordés sont variés, originaux, surprenants et d’une qualité au moins équivalente à celle des textes de leurs homologues Anglais, Américains ou Canadiens, notamment.

Cela est particulièrement évident dans les « fan fictions » dédiées à d’illustres auteurs anglophones. J’en veux pour preuve, par exemple, les anthologies « Nouvelles Peaux » (parue aux éditions Luciférines) ou la collection « Calling Cthulhu » (aux éditions L’ivre-Book).  Les textes qu’elles contiennent sont largement dignes des auteurs à qui elles rendent hommage (Poe et Lovecraft) : très bien écrits, sombres, inventifs et surprenants. Et tous leurs auteurs sont francophones (de naissance ou non) !

Pour être honnête, depuis que je suis moi-même auteur et que j’ai découvert une multitude de petites maisons d’éditions axées sur les littératures de l’imaginaire, je ne lis presque plus de romans/recueils d’auteurs étrangers. Les auteurs francophones talentueux sont assez nombreux dans mon entourage proche ou lointain pour me permettre de varier mes lectures et de faire de belles découvertes littéraires sans jamais me lasser. Mention spéciale à mes compères Fossoyeurs de Rêves, dont je suis fan des écrits depuis de nombreuses années et dont je ne peux que vous recommander les publications.  🙂

L’opération littéraire du 1er septembre a pour « ambition » de permettre aux lecteurs de découvrir de nouveaux auteurs francophones de SFFFH grâce à des promotions et des mises en lumière de certains titres. Bien entendu, il ne s’agit que d’un minuscule coup de pouce, mais en unissant nos forces et en persévérant, nous finirons par obtenir un résultat ! Cette opération s’adresse principalement aux « petites » maisons d’éditions et librairies indépendantes francophones, qui ont davantage besoin de publicité que leurs confrères bien implantés et dont les parutions sont abondamment relayées par la presse.

De nombreux éditeurs et quelques libraires ont joué le jeu dès la première édition de l’opération « Le 1er septembre, j’achète un livre/ebook de SFFFH francophone » en proposant des promotions diverses sur leurs sites ou dans leurs boutiques. Cette année encore, ils seront au rendez-vous, plus nombreux encore pour cette troisième édition (et je les en remercie).

Parmi eux : Elenya Editions (France), L’ivre-Book (France), Walrus (France), Les Editions Les Six Brumes (Québec), OVNI (France), les Editions Luciférines (France), Dreampress (France), la Librairie Monet (Québec), Les Editions du Riez (France), Nutty Sheep (France), les Editions Voy’El (France), Séma Editions (Belgique), Les Editions du Petit Caveau (France), les Editions Underground (France)…

D’autres noms se joindront d’ici peu à cette liste. De nombreux auteurs auto-édités proposeront eux aussi des promotions variées. Les offres promotionnelles des éditeurs et libraires seront ajoutées au fur et à mesure de leur annonce et seront regroupées sur la page Facebook de l’événement, où vous pouvez vous inscrire dès à présent.

Joignez-vous à nous et faisons ensemble du 1er septembre LA journée des littératures de l’imaginaire francophones ! Il y a tant de nouveaux talents à découvrir dans ces genres que vous ne le regretterez pas !

 

Publicités

2 réflexions sur “Le 1er septembre, jour des littératures de l’imaginaire francophones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s