Premières chroniques d’Awen

Si vous suivez mes péripéties littéraires, vous ne pouvez ignorer que ma novella fantastique/horreur « Awen » est sortie récemment. En voici les 3 premières chroniques, afin de vous faire idée de son contenu :

Awen

Chronique par Sylvain 

« Gaëlle Dupille est une contradiction. Jolie, mais sadique, elle n’hésite pas à vous faire frémir, à nous plonger dans la folie humaine pour prouver la décadence de notre race. Awen, c’est une belle petite chatte aux yeux tendre, un écrivain au talent encore à découvrir. Qu’est-ce qui unit ces deux êtres? Awen, c’est un récit qui touche une corde sensible : d’où vient le talent? Que seriez-vous prêt à faire pour finalement atteindre votre objectif de carrière? C’est aussi une histoire à la Dupille, c’est-à-dire sans censure, au rythme endiablé et écrit d’une plume dont on ne se lasse pas. Je recommande cette nouvelle aux amateurs d’horreur, de fantastique et à tous ceux qui aiment les chats. (ou pas) »

 

Chronique par Evadez-moi

« J’ai eu le plaisir de découvrir cette nouvelle grâce aux Editions de l’Ivre-book.
Un vrai petit bijou très Kinguien puisque, à mon avis, très fortement inspiré de la nouvelle « Un Chat d’Enfer » parue dans le recueil « Juste Avant le Crépuscule » de Stephen King. On y retrouve exactement le même thème.
Cette nouvelle est d’un très bon niveau bien que trop « copiée-collée » à mon goût.
Pour ceux qui n’auront pas lu celle de Stephen King, n’hésitez pas.
Pour tous les amoureux des chats »

Je précise que je n’ai pas lu cette nouvelle de King avant d’écrire « Awen » -c’est absolument vrai !-. Je l’ai fait hier, intriguée par ce commentaire, mais à part la présence d’un chat peu amical et d’une scène d’accident de voiture, les ressemblances s’arrêtent là, je suis rassurée et vous pouvez l’être aussi (passer pour une plagiaire lorsque ce n’est pas le cas, ça craint ! :p )

 

Chronique par Atef  :

« inspiration is a bitch.

En fait ce n’est pas tout à fait faux, sans être totalement vrai non plus. En tout cas dans la novella « Awen » de Gaëlle Dupille. C’est faux parce qu’ici, l’inspiration prend les traits, non pas d’une chienne mais d’un chat. Noir. Et c’est vrai parce que c’est bien une belle salope. Demandez à Victor Simoni qui coince depuis un bon bout de temps sur son futur roman. Lorsqu’il assiste à l’accident fatal d’un quidam -qui se trouve être un auteur de renom et son idole de surcroît- il décide de faire profil bas, non sans avoir pris soin de ramener avec lui le chat du défunt, resté coincé dans l’épave de la voiture. L’animal, une femelle, lui réserve bien des surprises, la moindre étant qu’elle est douée de parole. La positive étant aussi qu’elle est la muse du défunt auteur et celle qui lui a littéralement dicté ses histoires à succès, chose qu’elle propose à Simoni. Celle moins jouasse, c’est qu’elle est un poil possessive. Et un chat ça a beaucoup de poils, donc vous voyez le tableau.

Vous aimez les chats ? ça tombe mal. Dans  »Awen », Gaëlle Dupille démontre une fois de plus son talent de conteuse et emballe une nouvelle horrifique au crescendo sanglant et à la plume… féline, pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. Pas sur que la SPA apprécie par contre. »

Si ces premières chroniques vous ont convaincu, vous pouvez vous procurer « Awen » en cliquant ICI, ou, par exemple ! Bonne lecture.  🙂 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s