Un article sur « La main du diable et autres contes macabres » dans le webzine québécois « Clair/Obscur »

Merci à Sylvain Johnson pour son article concernant mon recueil « La main du diable et autres contes macabres« , paru dans le webzine québécois Clair/Obscur.

Dans son article, vous découvrirez également une chronique de l’excellent recueil « Les Contes du Grand Veneur« , de mon camarade Fossoyeur de Rêves Romain Billot et du non moins bon roman de Sébastien Tissandier, « Le Testament de Galilée » (tous publiés aux éditions L’Ivre-Book).

10521462_536439283148394_739020085826475119_n

Il est écrit :

« La Main du diable et autres contes macabres de Gaëlle Dupille

Résumé :

La main du diable et autres contes macabres se veut un hommage aux films et romans d’horreur qui ont bercé l’adolescence de l’auteur. Dans La Main du diable, un médecin britannique se voit proposer un étrange pacte avec Satan après le décès de son épouse.

Avec La Poupée, une paisible famille québécoise va voir sa vie basculer dans la terreur après la découverte d’une mystérieuse poupée.

 Dans L’Homme en noir, Anne et Daniel font connaissance dans un hôpital de Montréal après avoir été tous deux attaqués chez eux par un étrange homme vêtu de noir.

Commentaire :

Trois nouvelles, différentes par leurs sujets, mais similaires par leur traitement lugubre. On parle ici d’horreur, d’effroi et de ce petit quelque chose de glacé qui vous caresse la nuque lorsque vous êtes seul, ou du moins le croyez. Cette brise sur votre joue qui pourrait fort bien être le souffle chaud d’une créature sanguinaire.

La première nouvelle, La main du Diable, est un récit d’une époque sombre, une communauté coloniale à la Salem, où des événements étranges surviendront. Un moment de coexistence entre le maître des ténèbres et les hommes de l’époque à la folie religieuse dangereuse. C’est un conte envoûtant très bien écrit.

La Poupée vous forcera à changer la vision innocente que vous avez de ces jolies petites créatures d’aspect juvénile en robes et cheveux frisés. Le démon peut prendre plusieurs visages, le mal proliférer dans les coins les plus reculés de votre esprit. Gaëlle Dupille le sait très bien, elle joue avec vous, vous torture lentement, vous inquiète avec brio et un délice purement machiavélique.

Ensuite, c’est au tour de L’homme en noir, un récit habile où la folie, les hallucinations et une maladie étrange s’emparent d’une femme. Un homme en noir qui la suit, la hante, la fera douter. Est-ce le diable venu la chercher? Une malédiction ou un mal inconnu qui cherche une nouvelle victime. À vous de le découvrir. »

Pour lire l’intégralité de cet article, cliquez ICI.

Pour vous procurer « La main du diable et autres contes macabres », cliquez ICI.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s